Dimensionnement Chauffage

Etude dimensionnement chauffage
Règle générale
Il existe un problème récurrent pour tous les types de construction (tertiaire, maison individuelle, immeuble collectif) : un dimensionnement fait par l'habitude. 
En Conséquence, 2 cas peuvent se produiront :

  1. En cas de surdimensionnement, le générateur travaillera sur des cycles courts. C'st à dire qu'il démarrera et s'arrêtera sur des durées de fonctionnement courtes. Ce cas de fonctionnement favorisera l'usure et diminuera la durée de vie de votre installation. De plus, le rendement du système de chauffage est le plus faible au démarrage.
  2. En cas de sous-dimensionnement, le système de chauffage ne pourra pas répondre à la demande des besoins du bâtiment, pour les périodes de très basses températures, et cela se traduira par un problème de confort évident.
 Les chauffagistes utilisent des valeurs types (pertes par mètre cube) qu'ils multiplient par le volume du bâtiment, sans tenir compte des performances réelles du bâtiment.
 
Le dimensionnement du système de chauffage que nous réalisons (puissance du générateur de chauffage, dimensionnement des émetteurs), est conforme à la norme européenne NF EN 12831. Les calculs sont effectués en prenant en compte tous les éléments constructifs du bâtiment et en se basant sur les relevés des stations météorologiques de Météo-France.

Dimensionnement

La méthode de calcul est assez complexe et nécessite obligatoirement un outil informatique. 
 
En résumé, sur base de la détermination :

  • Des données climatiques (températures externes données),
  • De la définition des espaces du bâtiment et de leur température interne (espaces chauffés, non chauffés hors gel, …),
  • Et des données relatives au bâtiment comme les dimensions (surface d’échange de chaleur avec l’extérieur) et la composition des parois externes (valeur U en W/m².K),

Le calcul détermine chacune des grandeurs suivantes :

  • Les déperditions de base perdue par transmission. Elles dépendent de la surface de toutes les parois du bâtiment entourant le volume chauffé, du coefficient de transmission thermique de celles-ci et des températures intérieures et extérieures correspondant à chaque local. On retrouve ce type de  déperdition au travers :  De l’enveloppe du bâtiment,.  Des espaces non chauffés,  Des espaces adjacents,  Du sol. 
  • Les déperditions de base par ventilation. C'est la chaleur perdue par renouvellement d'air du bâtiment qui dépend du taux de ventilation et de l'inétanchéité du bâtiment. Pour simplifier, la norme propose de déterminer ceux-ci en connaissant le volume chauffé et en choisissant un taux de renouvellement d'air forfaitaire.

 À ces déperditions de base (W), la méthode de calcul ajoute une surpuissance de relance lorsque bâtiment est soumis à l’intermittence (coupure du chauffage de nuit). 

Notre Prestation


A partir des éléments fournis par le maître d'ouvrage (plans / notice descriptive / description du chauffage choisi), nous fournissons un rapport d'étude spécifique indiquant :

  • Les déperditions pièce par pièce,
  •  la puissance de la chaudière à installer,
  •  les dimensions des émetteurs localisé pour chaque pièce, 
  •  le type de système de régulation.


DANS LE CADRE D'UNE RENOVATION
Suite à une rénovation thermique de performance BBC,  nous vérifions, dans le cadre d'un chauffage central, si les radiateurs existants ont la capacité de répondre aux nouveaux besoins du bâtiment, notamment, avec une chaudière à condensation par abaissement de la loi d'eau. 
Les paramètres pris en compte pour le calcul tiennent compte des caractéristiques thermiques des parois déperditives, des performances thermiques des radiateurs existants, de leur dimensions, des caractéristiques de la chaudière, de la température de départ et de retour du circuit de distribution de chauffage.

Qualification OPQIBI

Qualifaction OPQIBI 19.05

Nous sommes tituliare de la qualification suivante :

- Qualification 1312 : Etudes d'installation courante de chauffage et de VMC,

- Qualifaction 1309 : Etudes d'installations sanitaires et d'assainissement courantes.